Emission de Call couverts

La stratégie Covered call (vente de call couvert)

Les Call couverts appelé également "Covered call" sont très souvent utilisés par les hedge funds ou certains traders particuliers très expérimentés.
Un call couvert est une stratégie d'option où l'investisseur achète (ou détient déjà) une position longue dans une action ou un autre actif et vend des options d'achat (call) sur ce même actif.
Bourse

Les calls secs et les calls couverts

en quelques mots

La vente d'options est un style de gestion très répandu à travers le monde. Pour la vente de calls, on peut diviser les types de stratégies recherchées en au moins deux groupes distincts:

 

 

 

 


1. - Les vendeurs de calls secs



Ces vendeurs n'interviennent que sur les calls qu'ils vendent à découvert afin d'encaisser la prime.
Le but de cette stratégie est qu'avec une anticipation baissière ou stable sur le titre, la valeur de la prime va décroître pour trois raisons:

 

  • le temps grignote un petit peu de valeur de l'option chaque jour (voir thêta) quel que soit le mouvement du titre

  • si le titre baisse de 1% par exemple, l'option va perdre de la valeur environ à hauteur de delta x 1%. comme on est vendeur on peut racheter l'option moins chère.

  • si le titre reste stable, la volatilité incluse dans le prix de l'option va baisser par définition puisque les opérateurs vont réaliser que moins de variations implique moins de chances pour l'option de finir exerçable avec un grand résultat, et l'option va valoir moins cher.


Attention toutefois si le sous-jacent vient à monter, la vente de calls expose à des pertes en théorie illimitées dans ce cas, en tout cas très importantes !


Certains investisseurs franchement baissiers sur des valeurs technologiques comme Google à son introduction ont maudit le jour où il leur avait pris de vendre des calls sur ces valeurs à des niveaux finalement extrêmement bas.

 

 

2 - Les vendeurs de calls couverts


Ces gestionnaires possèdent des titres en portefeuille. Afin d'en accroître le rendement et partant du principe que "les arbres ne montent pas jusqu'au ciel", ils décident de se porter potentiellement vendeur de ces titres pendant une période fixée à des niveaux qu'ils jugent pertinents.
Ils viennent sur le marché des options sur ces titres et choisissent des prix d'exercice de calls qui correspondent à leurs objectifs, et encaissent pour cela des primes.


Deux cas de figure :

 

  • le titre monte au moins jusqu'au prix d'exercice du call, celui ci est exercé par l'acheteur ce qui fait vendre le titre au prix du strike pour le gestionnaire qui garde la prime. Cela correspond parfaitement à son optique de gestion.

  • le titre ne monte pas ou même baisse, et le call est abandonné par l'acheteur. Le gestionnaire garde ses titres et la prime des calls vendus vient accroitre son rendement sur des titres qui n'auraient normalement rien gagné.

vente de calls secs

Possibilités de pertes illimités

call couverts covered call

Protection partielle contre les baisses du cours de l'action

Quelles sont les caractéristiques de la stratégie de l'émission d'option call couverts ?

 

 

Gain maximal :(prix d'exercice du short call + prime du call perçue - prix d'achat de l'action) x 100 (le nombre de valeurs sous-jacentes. Elles sont généralement au nombre de 100, mais ce n’est donc pas toujours le cas).

Perte maximale : (prix d'achat de l'action - prime du call perçue) x 100

Break-even à l'expiration : prix d'achat de l'action - prime du call perçue

Probabilité de gain estimée : plus de 50 %, à la condition que les short calls soient out-of-the-money au moment où ils sont émis, avec un delta inférieur à +0.50. Les short calls se situent donc dans l'intervalle [0, + 0.5]. Dans ce cas, la probabilité de terminer in-the-money (= perte potentielle) est inférieure à 50 %, la transaction sera donc bénéficiaire dans plus de 50 % des cas.

Position après l'expiration : Si le cours de l'action est supérieur au prix d’exercice du short call, les actions de l'émetteur du call couvert sont « réclamées ». Si le cours de l'action à l'expiration de l'option call est inférieur au prix d’exercice du short call, l'option call expire donc sans valeur et l'investisseur conserve les actions et la prime qui a été perçue pour la vente du call.

Risque relatif à l’obligation de livraison : Si le short call est « in-the-money », l’émetteur du call couvert court le risque de devoir livrer 100 actions par contrat d’option call. Mais comme l'investisseur détient 100 actions (position longue) par short call, ces actions sont « réclamées », ce qui laisse l'investisseur sans position.

Expliquons-le avec des chiffres :

un exemple de calcul

Prix d'achat de l'action : 75 €
Prix d'exercice du short call vendu : 80 €
Prime perçue pour le call 80 : 3,00 €

 

Gain maximal :

(80 € prix d'exercice du short + € 3 prime perçue - 75 € prix d'achat de l'action) x 100 = 800 €


Perte maximale :

(75 € prix d'achat de l'action + € 3 prime perçue) x 100 = 7 200 € (le cours de l'action tombe à 0 €)


Prix break-even à l'expiration

(prix d'achat effectif de l'action) : 

75 € prix d'achat de l'action + € 3 prime perçue = 72 €

Position en cas d'obligation de livraison :

En cas d'obligation de livraison du short call 80, l'émetteur du call couvert est tenu de vendre 100 actions au prix d'exercice. Comme l'investisseur détient déjà les 100 actions, l'obligation de livraison le laisse sans position. Le côté positif est que l'émetteur du call couvert reçoit un gain maximal.

Graphique P/L à l’expiration : call couvert vs position longue en actions (source: Capital Hedge)

call couverts